Moussa Bamba (Be_hem)

Moussa Bamba est un jeune ivoiren qui fait partie de la famille #kpakpatoya (Cf Billet: Cyriac Gbogou). Il est très cultivé, ouvert, drôle, gentil et surtout très ambitieux. Son parcours peut servir d’exemple à de nombreux jeunes qui sont encore sur les bancs et qui se troublent devant la problématique de l’emploi des jeunes diplômés en Côte d’Ivoire. Découvrez Moussa Bamba

moussa_

NOTRE HISTOIRE :

J’ai rencontré Moussa Bamba pour la première fois lors d’une sortie détente à la plage avec quelques membres de la famille #kpakpatoya. C’est au cours d’un jeu de société  (basé sur un questionnaire de culture générale) que son niveau de culture s’est dévoilé car il trouvait toutes les réponses (disons presque toutes, pour moi les questions étaient trop difficiles, lol).

Nos liens d’amitiés se sont resserrés lorsqu’il m’a ajoutée à un des groupes qu’il gère sur facebook « Men Mag ». Les sujets débattus ayant un rapport avec les relations entre les hommes et les femmes de façon générale sont formulées comme étant des questions existentielles. On est donc en contact depuis, et à travers les petites soirées organisées pour les membres disponibles du groupe, on s’amuse beaucoup. J’ai ainsi découvert avec le temps un homme ouvert, franc, gentil et toujours disponible et que j’apprécie beaucoup 🙂

INTERVIEW :

1)      Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Bamba Moussa. Je suis « Community Manager » à l’Assemblé Nationale de Côte d’Ivoire. Je suis aussi blogueur, membre du groupe Mondoblog qui est une plateforme de blogging initiée par RFI*.

mondoblog #1

2)      Depuis quand as-tu créé ton blog et qu’est ce qui t’a inspiré à le faire ?

J’ai commencé à bloguer depuis Septembre 2011. Il y a un groupe de la francophonie qu’on appelle AFAL (Association Francophone d’Amitié et de Liaison), qui organise chaque année un concours basé sur la rédaction de textes liés à un sujet donné. La 1ère année, j’ai été lauréat. La 2ème année je ne faisais plus partie d’une catégorie (Age<25 ans ou Etre journaliste). J’ai tout de même écrit un texte que j’ai partagé sur facebook. Avec les bonnes réactions de mes amis, j’ai décidé de créer un blog.

Entre temps, j’avais participé au « Summer e-School » qui est un évènement organisé par Israël Yoroba. J’ai constaté que beaucoup de personnes bloguaient, j’ai donc créé le 1er blog (juste par effet de mode). J’y ai publié mon texte et c’est là que j’ai été repéré par Simon Decreuze de RFI. Il m’a demandé si je voulais participer à l’aventure Mondoblog. Je n’ai pas hésité à entrer dans ce groupe dès Novembre 2011.

3)      Quels messages souhaites-tu véhiculer à travers ton blog ?

A travers mon blog, je souhaite partager l’actualité principalement celle de Côte d’Ivoire, en faisant une critique personnelle des évènements. Je n’ai pas encore défini ma thématique, c’est mon enjeu actuel pour me faire une identité de blogueur propre. Mais pour l’instant je blogue sur tous les sujets d’actualités. Si je développe plus l’actualité ivoirienne c’est parce que je n’ai pas envie de me risquer à donner des informations erronées puisqu’on ne peut pas être toujours à l’endroit où l’évènement se déroule.

4)      Peux-tu nous parler un peu de ton expérience avec Mondoblog?

C’est une très belle expérience dans la mesure où je ne dirai pas que ça m’a révélé puisque je ne pense pas être encore bien connu dans la blogosphère, mais ça me permet de faire mes classes en tant que blogueur car je côtoie une centaine de blogueurs.

Récemment (en Avril 2013) on était à Dakar où les meilleurs blogueurs ont été choisis pour vivre cette expérience. Cela m’a déjà fait plaisir de savoir que je fais partie d’une certaine élite de blogueurs puisqu’on était 40 à être à Dakar et de savoir que mon travail n’est pas vain. Nous avons été formés à d’autres techniques de blogging que je compte mettre en application pour essayer de m’affiner encore plus.

mondoblog

Donc l’expérience Mondoblog, au-delà d’être une expérience technique, puisqu’on a appris, c’est aussi une expérience humaine parce qu’on a partagé connaissances, expériences et cultures avec des gens venus des quatre coins du monde (des guadeloupéens, des haïtiens, des congolais, des personnes venues du brésil…). Il y a eu un brassage culturel qui nous a permis de nous ouvrir à d’autres cultures et d’avoir une assez grande ouverture.

5)      Peux-tu nous dire qu’est-ce que le « Community Management » et nous parler de ton expérience dans ce domaine ?

Pour faire assez court, un « Community Manager » c’est une personne qui est dédié au recrutement et à la fidélisation de fans virtuels autour d’une cause, d’une personne, d’une institution.

Je suis arrivé au Community Management grâce à un projet. Avec des amis on montait un projet de magazine en ligne « Men Magazine » (je vais profiter pour faire la publicité). On n’avait pas assez de moyens pour faire la communication à travers les canaux classiques, donc on a décidé de faire connaitre notre magazine à travers le Web. Puisque j’étais celui qui était le plus connecté, le guide aussi du groupe, la charge m’est revenue de mener cette activité. Je faisais la publicité de notre magazine sur les réseaux sociaux.

moussa et marc
Avec Ceschod à Dakar

Par la suite j’ai appris que ce métier existait et qu’il s’appelait « Community Manager ». J’ai fait des recherches sur cela et je me suis approché auprès des doyens du domaine en Côte d’ivoire, je vais citer Edith Brou, Cyriac Gbogou avec qui j’ai beaucoup appris. J’étais toujours présent à leur présentation et je me suis aussi auto-formé en faisant des recherches sur internet. Par la suite, avec mon compère @Ceschod on s’est fait repérer par le service de communication de l’assemblé nationale. Il avait besoin de « Community Manager » pour quitter les médias classiques car il avait déjà compris l’enjeu. Les responsables du service nous ont donc challengés pendant des mois et cela nous a permis de faire nos classes. Nous avons la chance de travailler avec une équipe bien organisée ayant des objectifs bien définis.

6)      Parlons de  « Men Magazine », ce magazine en ligne que tu as créé avec tes amis, tu peux en dire un peu plus ?

Mon ami Kadio François-xavier et moi voulions créer notre propre structure car on est tous conscient des difficultés que rencontrent les jeunes diplômés une fois sur le marché de l’emploi en côte d’ivoire et c’était dans une période assez compliquée pour le pays. Pour ne donc pas chaumer après l’université, on a a pensé à ce concept de magazine.

Il fallait se placer dans un secteur qui n’était pas très développé ici, et on a pensé à un magazine pour homme, cela n’existait pas en Afrique de l’ouest. On a donc travaillé sur le projet pendant plus d’un an dans des conditions très difficiles, à la maison, à l’école…  Une fois tous les plans en place, on a voulu faire connaitre le projet, mais n’ayant pas de moyens financiers, on a donc décidé de rester en webzine pour le moment (Début Janvier 2011).

menmag

L’idée du magazine, c’est un magazine homme qui traite de sujets qui sont en rapport avec l’homme moderne c’est-à-dire l’homme iTech, l’homme branché mode, l’homme qui prend soin de lui. Donc on aborde des sujets sur les automobiles, motos, styles, bien-être, sexualité, accessoires…

7)      Quel(s) message(s) peux-tu donner à tous ces jeunes qui découvrent le Community Management et qui souhaiteraient en faire un métier?

Tout ce que je peux dire, c’est que dans toute aventure pour ne pas être ridicule, dès qu’on te confie une tâche, il faut bien maitriser ce que tu auras à faire. Donc j’incite les gens à maitriser les bases de ce métier, et à essayer de se professionnaliser c’est à dire  de se concentrer sur un seul projet.

Il y a des CM qui gère plusieurs projets je me demande comment il arrive à le faire car un seul projet prend beaucoup de temps, de concentration… Donc pour moi, il faut se concentrer sur un projet à la fois, un projet qu’on fait bien du début à la fin.

Moussa2

Moi j’ai commencé de manière bénévole (pour mon webzine) et j’ai fini par gagner ma vie avec cela. Mais il faut le faire dans les règles de l’art et se donner à fond, surement qu’on se fera remarquer, surement qu’on se fera recruter. Donc faire une seule chose et bien la faire, car une personne qui veut tout faire à la fois, ne fais finalement rien.

Mots de conclusion :

Je remercie déjà ceux qui me portent un intérêt, j’en suis honoré. Ceux qui sont distants, je les encourage à m’approcher car je suis toujours en apprentissage et si une personne à quelque chose à m’apporter (conseil, critique…) je suis ouvert, mais il faudrait que ce soit des critiques bien faites.

Je remercie Aamlorie pour la perche qu’elle me tend, même si je pense que je ne suis pas encore arrivé au  stade de faire des interviews, mais c’est aussi pour moi l’occasion de participer à la vie de son blog.

REFERENCE INTERNET
Retrouvez Moussa Bamba sur :

Blog personnel : le blog de Be_hem

Autre: le journal de Be_hem

Page facebook: Moussa Bamba

Groupe Men Mag: Men Mag

Webzine : Men Magazine

Compte Twitter : @Be_hem

RFI*: Radio France Internationale

Crédits photos: Moussa Bamba, Ceschod

Votez pour son blogueur favori
A vos souris…Top départ… et « Clic »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s